Fournir des ressources et refuges aux pollinisateurs.

Le premier projet consiste à développer des surfaces de cultures attractives pour les abeilles et pollinisateurs sauvages, à des périodes de l’année où les pollinisateurs ont peu de ressource alimentaire. Des solutions complémentaires sont proposées : des cultures intermédiaires (entre une récolte d’été et le semis d’une culture au printemps suivant), et des jachères favorables aux pollinisateurs maintenues plusieurs années. Dans les deux cas, les mélanges d’espèces et modes de gestion appropriés sont encadrés par le cahier des charges.